Ma vie privée, mes idées, mon oeuvre...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - écologie

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, octobre 18 2010

Il n'y a aucune pénurie d'essence ! LOL

Y a un truc qui m'éclate à chaque fois que l'essence se met à manquer dans les esprits des gens ou à la pompe : le gouvernement s'évertue à dire qu'il n'y a pas de problème et les gens vivent le contraire.

Ca me fait toujours penser à la France vue par les rois en balade qui était toujours bien différente de la France vécue par le peuple.

Les dirigeants de notre pays sont-ils si déconnectés de la réalité qu'ils n'arrivent pas à assumer le bordel qu'ils ont déclenché ?

Ce qui est tout aussi fou, c'est de voir des automobilistes faire des kilomètres pour faire un plein et laisser leur moteur tourner dans les files d'attente, les embouteillages, etc. N'ont-ils pas réalisé que le simple fait de parcourir la campagne à la recherche d'une pompe à essence disponible leur coûtera d'autant plus d'essence ?

De même, je suis étonné que les supermarchés aient encore des denrées dans leurs étalages, en général, ce sont les premières choses qu'on stocke lorsqu'on pense qu'un pays sera bloqué. Là, les gens se focalisent sur l'essence. Je trouve ça tellement stupide (surtout en Ile de France où des moyens de transports publics sont disponibles, même si ça peut allonger le temps de trajet et que c'est galère en période de grève).

En revanche, les blocus des dépôts d'essence me semblent toujours être une bonne chose. Ca devrait rappeler que d'ici à ce qu'on soit à la retraite (à 60 ans, à 62 ans ou à 75 ans), le pétrole aura disparu de nos voitures ou sera inabordable. Toute l'économie, les usagers en particulier, devraient réfléchir plutôt que de se taper dessus pour une goutte de pétrole. L'effet Mad Max vers lequel nous allons de plus en plus est évitable : à chacun d'entre nous de faire en sorte qu'on ne tombe pas dans le panneau.

Dès à présent le pétrole devrait être réservé aux usages pour lesquels nous n'avons pas d'alternative. C'est un gros boulot, de nombreux investissements et aussi beaucoup d'emploi possible. Bien entendu, certains lobbys empêchent que ça se produise, mais il en va de la vie de tous les occupants de cette planète !

dimanche, mai 2 2010

Et une crise écologique de plus, une !

Décidément, la saison n'est pas propice aux activités humaines ni à l'écologie... entre la Grèce et le gavage des banques qui ont contribué à son enlisement et la marée noire en cours au large des côtes américaines, il y a de quoi s'occuper les méninges.

Les activités humaines dépendent du pétrole depuis trop longtemps. A force de dire qu'il n'y en a plus, c'est assez amusant de voir qu'un accident sur une plateforme pétrolière peut déclencher un tel problème.

Un puits se vide de lui-même sous la surface de la mer et les mêmes qui s'engraissent largement sur le dos de tous à le produire et le vendre ne savent pas quoi faire pour arrêter ça. deux hypothèses : mettre un chapeau sur le puits en espérant que ça suffira à éviter les fuites, ou forer à côté. Le hic, c'est que l'un et l'autre ne résoudront pas le problème : le pétrole s'est déjà bien répandu et va pourrir les côtes américaines, tuer une partie de plus de la faune et de la flore et mettre encore plus de monde au chômage pour perte d'activité liée à l'exploitation des ressources côtières.

On nous ressasse que nous dépendons du pétrole, que son absence et sa raréfaction seront catastrophiques...

Ne faudrait-il pas plutôt se dire que nous dépendons de la nature et faire en sorte d'arrêter les conneries ?

Tout ce que nous faisons a des conséquences négatives car nous avons omis de prévoir qu'il pouvait y avoir des couacs. Il a être temps de faire en sorte que toute activité humaine soit compensée vis à vis des méfaits qu'elle peut engendrer. Toute production devrait se faire à partir de recyclage ou de matière premières renouvelables.

Entre un volcan qui coute des milliards, et une fuite de pétrole incontrôlable, je me demande ce qui suivra pour ce joli mois de mai...